SCPI, le meilleur placement pour votre retraite ?

Le marché de l’immobilier d’entreprise est toujours plébiscité par les investisseurs français. Pour les moins fortunés, le meilleur moyen d’y accéder c’est d’acheter des parts de SCPI ou d’OPCI. Bien entendu, les sociétés civiles de placement immobilier présentent beaucoup plus d’atouts. Il est d’ailleurs possible de préparer sa retraite en y investissant. Mise au point !

Combien rapporte un investissement en SCPI ?

L’investissement en SCPI est l’une des solutions d’épargne à long terme préférées des Français. Effectivement, il permet de toucher un revenu supplémentaire régulier. Il convient de préciser que les associés des SCPI perçoivent des revenus sous forme de dividendes chaque trimestre. Ceux-ci sont issus des loyers versés par les locataires des biens. Bien entendu, il est conseillé de souscrire plusieurs parts afin de générer plus de profits. Il faut toutefois retenir que toutes les SCPI disponibles sur le marché ne se valent pas. En effet, certaines d’elles sont moins performantes par rapport aux autres. Il est donc préférable de se tourner vers celles qui affichent un rendement attractif. Pour rappel, le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) permet de mesurer la performance d’une SCPI.

À noter que les SCPI ont enregistré un rendement global de 4,39 % en 2018. Plus précisément, les porteurs de parts de ces véhicules de placement ont perçu environ 3 300 euros l’année dernière. Il s’agit notamment des épargnants ayant placé 75 000 euros en SCPI. Les sociétés civiles de placement immobilier ont versé une somme mensuelle de 275 euros aux porteurs de parts en 2018. Autrement dit, elles peuvent générer un complément de revenu intéressant. Les SCPI les plus performantes telles que Corum Origin et Corum XL ont d’ailleurs atteint un TDVM supérieur à 7 % en 2018. Les autres ont enregistré un taux de rendement supérieur à la moyenne du marché (4,5 %).

meilleur placement pour votre retraite et scpi - image

Est-il possible de préparer sa retraite en investissant dans des parts de SCPI ?

Il est tout à fait possible de préparer ses vieux jours en investissant dans des SCPI. Il faudra bien sûr se poser quelques questions avant toute prise de décision. L’investisseur devra d’abord comprendre le fonctionnement d’une SCPI. Il faut retenir qu’il s’agit d’un placement rentable à moyen et à long terme. Le principe est simple. L’investisseur achète un certain nombre de parts auprès d’une banque ou d’un conseiller en gestion de patrimoine. Il pourra ensuite les revendre après quelques années. Normalement, une SCPI devrait toujours mentionner la durée de détention recommandée dans son descriptif. L’épargnant saura ainsi si elle lui permettra de préparer sa retraite ou non.

Les porteurs de parts d’une SCPI sont indirectement propriétaires des biens immobiliers constituant son patrimoine. Ils pourront d’ailleurs percevoir des revenus réguliers grâce aux dividendes distribués par celle-ci. Comme on le sait déjà, la performance globale de ce type de véhicule de placement était de 4,39 % en 2018. Plus clairement, le taux de rendement d’une SCPI est 5 fois plus élevé que celui du livret A (0,75 %). Bien entendu, la performance de l’assurance-vie reste de même inférieure à celle de la SCPI, raison pour laquelle la pierre papier figure parmi les solutions d’épargne préférées des Français. Il est par ailleurs possible de souscrire des parts de SCPI dans certains contrats d’assurance-vie. L’avantage c’est que cela permet de se constituer un complément de revenu non négligeable pour la retraite.

Tout ce qu’il faut savoir avant de souscrire des parts de SCPI

Puisqu’il s’agit d’un investissement à long terme, il faut bien réfléchir avant de se jeter à l’eau. Une fois la décision prise, il est impossible de faire marche arrière. En clair, il est important de vérifier chaque caractéristique de la SCPI convoitée lors de la souscription. Si elle a affiché un taux de rendement supérieur ou égal à 4 % l’an dernier, cela signifie qu’elle est digne de confiance. Mais le TDVM n’est pas le seul indicateur de performance à considérer. La qualité des actifs immobiliers constituant le patrimoine de la société civile est aussi un détail crucial à vérifier. En général, le portefeuille immobilier d’une SCPI de rendement est composé de bureaux, de murs de commerces, de locaux d’activités et d’entrepôts.

Le taux d’occupation financier (TOF) est également un point important à prendre en compte au moment de la souscription. Les SCPI les plus performantes affichent souvent un TOF supérieur à 95 %. Bien entendu, il faut de même considérer la répartition géographique et sectorielle des actifs de la SCPI. Si la majorité d’entre eux sont situés dans des zones stratégiques, le risque locatif sera réduit. À noter que c’est la société de gestion qui s’occupe de la gestion locative des biens immobiliers d’une SCPI. Autrement dit, les porteurs de parts ne sont pas obligés de faire des recherches en cas de départ d’un locataire. Cette mission est confiée au gestionnaire du patrimoine de la SCPI. Il est d’ailleurs le responsable de la distribution des revenus locatifs aux associés.

meilleur placement pour votre retraite et investissement en scpi - image

Souscrire des parts de SCPI, comment s’y prendre ?

Il existe plusieurs façons de souscrire des parts de SCPI. L’investisseur devra choisir en fonction de ses objectifs et de ses besoins. L’achat de parts de SCPI en direct est une option tout à fait envisageable. Quoi qu’il en soit, elle s’adresse uniquement aux épargnants qui ont une faible imposition. Acheter des parts de SCPI en direct permet d’échapper aux frais de gestion annuels d’une assurance-vie. L’investisseur pourra également recourir à l’emprunt pour souscrire des parts de SCPI. Il peut d’ailleurs choisir d’acheter uniquement la nue-propriété des parts (acquisition en démembrement). Dans tous les cas, il devra respecter le nombre minimum de souscriptions indiqué par la SCPI.

Par ailleurs, il est envisageable de souscrire des parts de SCPI en assurance-vie pour préparer sa retraite. Comme il a été mentionné plus haut, certains contrats d’assurance-vie proposent cette option. Bien évidemment, c’est l’assureur (banque) qui va sélectionner la SCPI à souscrire. L’épargnant pourra ainsi bénéficier de la fiscalité adoucie de l’assurance-vie. Mais il aura aussi la possibilité de percevoir des revenus faiblement imposés de manière régulière. Cerise sur le gâteau : le prix de souscription est réduit par rapport à celui des autres solutions d’épargne. Le plus difficile sera de trouver des contrats d’assurance-vie proposant des SCPI. À noter qu’il est tout à fait possible de souscrire des parts de SCPI à crédit.

Portail-SCPI